Cucu, la praline qui se joue à deux

Cucu, een duel om van te snoepen

CUCU, LA PLUS BELGE DES PRALINES, SE JOUE A DEUX

14 déc. 12

COMMUNIQUE DE PRESSE

DECEMBRE 2012

 

 

CUCU, LA PLUS BELGE DES PRALINES, SE JOUE A DEUX

 

LANCEMENT DE LA PRALINE SIAMOISE ET GASTROCOMIQUE QUI PRONE

L’AUTODERISION EN VALEUR ABSOLUE

Gages, défis ou alternative gourmande au “pile ou face”

 

Bruxelles, décembre 2012 – La Belgique, pays du surréalisme et de l’autodérision possède désormais son produit « symbole » : Cucu, une nouvelle praline qui offre au consommateur une panoplie de gages et de défis. Elle permet aussi de trancher les petits dilemmes du quotidien.  Cucu se partage et se savoure idéalement à deux, en famille et entre amis. Dès maintenant, Cucu est en vente chez Delitraiteur, WhiteNight , et dans plusieurs Louis Delhaize, Carrefour Express,….

 

 

 

 

 

 

 

 

Cucu – la praline siamoise - garantit un gagnant sur deux

 

Ses deux moitiés aux rondeurs aussi savoureuses que symétriques ne laissent entrevoir aucune différence. Fourrées d’un délicieux chocolat praliné, elles en contiennent pourtant bien une qui a toute son importance : seule une moitié contient une noisette. Une fois rompu, le Cucu se partage et se déguste donc à deux pour désigner le « malheureux » perdant. Celui ou celle qui croquera  la partie à la noisette se verra en effet imposer un gage décrit dans la boîte, proposé sur le site www.cucu-la-praline.com ou tout simplement imaginé « à chaud ». Le Cucu forme en effet l’alternative gourmande idéale au « pile ou face » pour trancher les petits dilemmes du quotidien comme : qui fera la vaisselle, sortira le chien ou les poubelles ? Qui pourra choisir le programme télé ? Ou des milliers d’autres faciles à imaginer.

 

 

Cucu se joue à deux … pour faire marrer tout le monde

 

Cocasse, coquin ou cucu, les gages et défis qu’on retrouve dans ces petites boîtes violettes contenant la « praline siamoise » de 23 grammes, n’ont qu’un seul but : privilégier l’humour à une époque qui en a bien besoin. Pour Jean-Michel Maertens, son créateur, le Cucu est né d’une fin de soirée bien arrosée, à table entre amis : « on s’est dit que de nos jours, il manquait souvent un petit déclic pour que le gens retrouvent le goût de l’humour. Et que rien ne valait la douceur d’un chocolat pour se mettre dans l’ambiance. » L’expression « cucu la praline » vint alors à point nommé pour dessiner et baptiser le prototype savoureux. CQQFD !

 

 

 

 

Mad in Belgium : Inspiration et production « gastrocomique » belge – Bio et Fairtrade

 

Quelques semaines plus tard, les premiers exemplaires de Cucu voyaient le jour chez le chocolatier Belvas à Ghislenghien. « Belvas nous a tout de suite suivi dans notre délire » déclare de manière enthousiaste Jean-Michel Maertens. « Pour nous, il était essentiel de partager le même état d’esprit, qui plus est avec un partenaire qui pouvait nous garantir  une production bio et fairtrade ».

A l’approche des fêtes de fin d’année, le Cucu fait donc sa joyeuse entrée dans le paysage « gastrocomique » belge. L’ensemble des enseignes de Delitraiteur et White Night ainsi que bon nombre de Louis Delhaize et Carrefour Express de la capitale proposent dès à présent les « Cucu » sur leur comptoir. « On ne voulait pas privés le consommateur de Cucu pour les fêtes de fin d’année. Vendu à la pièce, c’est un petit cadeau qui fait spontanément sourire et qui incite à s’amuser simplement en famille ou entre amis. Or, n’est-ce pas essentiel de retrouver ce goût de l’humour ? » poursuit Jean-Michel Maertens.

 

Les premiers tests effectués sont déjà très encourageants.  Familles, sociétés, écoles, groupes, ils sont nombreux à plébisciter les Cucus sous leur forme de display (les boîtes contenant 48 Cucus et autant de gages ou défis différents).  Ces formats devraient d’ailleurs être vendus en ligne prochainement.

 

Cucu, une praline qui défit les agences de notation.

 

Le fondateur du Cucu espère bien ne pas en rester à cette seule première version. Une création spéciale « Saint-Valentin » ainsi qu’une version « Cucu au restaurant » sont déjà en préparation.

 

Grâce à son site web www.cucu-la-praline.com et aux réseaux sociaux, le Cucu revendique également sa vocation interactive. « Nous appelons tout un chacun à nous envoyer leurs idées de gages ou de défis et ne manquerons pas de récompenser les meilleurs » précise Jean-Michel Maertens. Le concept se veut une incitation à l’autodérision. Pour ce faire, les internautes pourront également poster leurs vidéos ou photos de gages et Cucu les plus comiques, du moment qu’elles ne soient pas dangereuses ni vulgaires. Pour les évaluer, une agence de notation baptisée « Cucu & Cu » verra le jour prochainement. Les plus drôles auront même droit à la note absolue, le triple Cu.

 

Développement international

 

Galvanisé par les réactions très enthousiastes déjà récoltées en Belgique, le créateur du Cucu n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et se tourne déjà vers le marché international, les pays francophones bien entendu, mais également bon nombre d’autres pays, de tous les continents, qui se sont découverts, au cours des dernières années, une véritable passion pour le chocolat, et le chocolat belge en particulier.

 

« Si nous trouvons les distributeurs motivés par le concept et son développement, le Cucu entamera rapidement une carrière internationale », conclut Jean-Michel Maertens.

A bon entendeur, « Cucu » !

-       FIN DU COMMUNIQUE –

Contact presse :

 

Grégoire Van den Ostende – info@breaking-news.be - 0476 45 15 04

Jean-Michel Maertens – info@cucu-la-praline.com - 0475 64 18 86

 

Voir aussi www.cucu-la-praline.com

Fichiers